Programme de début d’année 2019

L’année 2019 commence !

Ayant très peu volé en fin d’année 2018 à cause des conditions météorologiques non favorables à la pratique du parapente, j’ai effectué mes premiers vols de l’année sur la crête de la Sainte Baume.

Mon programme pour les semaines à venir est chargé, avec des invitations aux assemblées générales des clubs aux alentours de la Sainte Baume, pour me présenter en tant que membre du conseil d’orientation du collège “loisirs et sports de nature” et m’ouvrir à toutes discussions au sujet du vol libre sur le PNR de la Sainte Baume.

Concernant le PNR de la Sainte Baume, les réunions du conseil d’orientation s’organiseront environ toutes les 6 semaines. A propos des projets “vol libre” au sein du PNR, j’ai envoyé 2 demandes sur l’installation d’une balise Pioupiou sur le décollage de La Pastorale de la Sainte Baume. L’une a été initiée pour la parcelle en aval du décollage, appartenant à l’ONF et l’autre, pour la parcelle appartenant à la commune de Riboux. Un rendez-vous sera fixé avec l’adjoint au maire de la commune de Riboux afin de l’accompagner sur le décollage et lui apporter toutes les informations concernant ce projet. Espérons que cela débouche également sur une officialisation du décollage !

Ensuite, participation à un stage de simulation d’incident de vol à Roquebrune Cap Martin avec Marseille Parapente du 12/01 au 13/01, avec une équipe très compétente, efficace , et toujours à l’écoute !


Le stage Simulation d’Incidents de Vol (SIV) est un stage de pilotage en milieu aménagé, au dessus d’un plan d’eau pour mieux amortir une éventuelle chute avec parachute de secours. Pour un parachute de secours classique comme le mien, le taux de chute est approximativement de 5,5m/s. Toutefois, il en existe des plus performant (et plus cher) avec des taux de chute pouvant atteindre les 3,7m/s.
Durant un stage SIV, on peaufine tout le pilotage et principalement la gestion des incidents de vol.
Il permet à la fois d’améliorer sa sécurité en améliorant son pilotage actif et ses performances.
De plus, le stage SIV permet de travailler son mental en travaillant la confiance en soi et en son matériel. Il permet d’approfondir la connaissance de son matériel en effectuant des manoeuvres de descente rapide, de fermeture d’aile, de décrochage etc.
Pour clore cette partie, le stage Simulation d’Incidents de Vol doit être une étape obligatoire et à consommer sans modération ! “La SECURITE des autres et de soi-même est EXTREMENT IMPORTANT !”

Je commence l’année avec une excellente nouvelle, je volerai probablement sous la marque AXIS. En effet, Floriant Sanchez, importateur de la marque AXIS, me remettra en main propre une aile de démonstration, la VENUS SC (Sport Class). Cette aile présente un allongement de 6,6 et risque de faire un gros succès en compétition ! Bien sûr, j’exposerai mes observations détaillées sur la Venus SC après l’avoir essayé. Si l’aile me séduit, un partenariat sera établi avec AXIS et intègrerai leur ”team pilots” en conséquence. Et par la suite, je m’inscrirai de nouveau à un SIV avant la fin du mois d’avril pour me familiariser avec la Venus SC. En tout cas, un énorme merci à Floriant Sanchez ! Il a été convaincu par mes ambitions et suis très optimiste pour l’avenir.

Se lancer dans la compétition est difficile financièrement car le matériel coûte cher. En effet, mes petites économies seront confrontées cette année à diverses dépenses telles qu’un instrument de navigation aérienne pour la compétition, un parachute de secours carré au taux de chute moins important que mon parachute actuel, une balise de détresse, d’éventuels stages, les frais kilométriques pour les compétitions distantes (Pyrénées, Auvergne, plaine etc.)…

Pour terminer, cette année sera riche et je remercie ma femme qui m’accompagne et me motive dans mes démarches.

Bonne année à toutes et à tous !

Les différentes disciplines en compétition

Epreuves de vitesse :

Cette discipline s’effectue autour d’un parcours marqué par des balises dans un ordre bien défini et dans laquelle le premier à être arrivé au goal gagne.
Les balises se présente sous forme de coordonnées GPS rentrées avant le décollage, sur les instruments de navigation.

Il existe 5 types de manches :
– Race-to-goal/Course au but :
Départ à une heure unique et réalisation du parcours le plus vite possible.
– Elapsed-time/Temps minimum :
Le décollage se fait au moment voulu et l’épreuve débute au franchissement d’une balise. Le parcours doit être réalisé le plus rapidement possible
-Multi-start/Plusieurs départs:
Même principe que le Race-to-goal mais avec plusieurs heures de départs. Au pilote de choisir le départ approprié afin d’entrer dans le meilleur créneau de vol.
-Cats-craddle/Cumul tactique de balises :
l’objectif et de faire le plus de points selon les règles FAI. Le pilote qui parcourt la plus longue distance sans franchir 2 fois la même balise  gagné.
-Open/Distance libre :
Start donné au décollage et l’objectif  est d’aller le plus loin possible dans une zone définie.

En fin de vol, le pilote transmet à l’ordinateur des organisateurs la trace GPS pour vérification et validation.

La Coupe Fédérale de Distance (CFD) :

Compétition se déroulant sur une année à la fin de laquelle un classement est effectué en fonction de la distance parcourue ainsi que le type de parcours :
– distance libre avec 2 points de contournement,
– distance libre avec 3 points de contournement,
– triangle plat,
– triangle FAI,
– circuit en polyèdre.
Les pilotes déclarent leurs vols pendant l’année de compétition et les 3 meilleurs vols sont pris en compte dans le calcul du classement.
Plus de détails >> ICI <<

La Voltige :

Il s’agit d’une compétition dans laquelle les pilotes effectuent des acrobaties notées par des juges.
Il existe les manches solo et celles effectuées à 2 en synchronisation.
Afin de garantir la sécurité des parapentistes, les évolutions s’effectuent au dessus d’un plan d’eau.

Le marche et vol (hike&fly) :

C’est une compétition nécessitant une très bonne condition physique car le pilote doit réaliser un parcours sur plusieurs jours, avec des passages obligatoires, le tout en marchant et en volant dans un créneau horaire bien défini.
De plus, le compétiteur devra être suivi par un assistant pour les ravitaillements par exemple.

La précision atterrissage