Compétition FAI 2 : Ubaye Paragliding Contest – manche 1/2

>> agrandir ici <<

Après avoir patienté 3 journées, durant lesquelles la météo faisaient ses caprices, notre première manche s’est organisée avec des conditions plus adéquates malgré la difficulté en vol de plaine.
Un circuit de 70km est décidé durant lequel plus de la moitié des pilotes (23/40) n’arrivera pas au GOAL.

Il est 12H45, la fenêtre de décollage s’ouvre mais la brise est très discrète, voire absente. Toutefois, des pilotes décollent et tâtent la masse d’air devant nos yeux. Ils ne s’extraient pas dans l’immédiat.
J’observe attentivement le moindre signe et prend la décision de décoller après avoir constater la mise en place d’un nouveau cycle thermique.
Je me dirige vers la comble survolée par les télésièges et attends, en « zérotant » au variomètre, le déclenchement thermique.
Le thermique est présent, faible mais assez large pour le centrer à plusieurs et on atteint le plafond longuement mais sûrement.

Désormais, mon objectif est de me rapprocher de la zone de START, afin de partir le plus haut possible au début de la course.

Il est 13H30, le START est lancé !

Pour valider les 2 balises suivantes, l’idéal est de se coller à la crête. En effet, l’appui dynamique y est généreux mais je ressens du vent météo orienté sud-est en début de course. Je prends mes précautions en conséquence et au retour de la 2eme balise, les conditions thermo-dynamiques s’améliorent et l’appui sur la crête est plus rentable jusqu’à Dormillouse.

Après validation de la 3eme balise, je reprends de l’altitude sur Dormillouse avant d’attaquer la 4eme balise située à la station de Chabanon. A ce moment, je commets la première erreur de ne pas avoir patienté dans l’ascendance jusqu’au plafond, et décide de rattraper le groupe de tête. Mon objectif est de viser ces reliefs :

Je valide la 4eme balise, m’avance mais abandonne aussitôt puisque tout est passé à l’ombre et je risque de ne pas pourvoir rejoindre le plafond. Je décide de prendre la route vers la 5eme balise en déviant par cette zone où le soleil rayonne parfaitement contrairement aux environs :

D’ailleurs, c’est à cet endroit que beaucoup de pilotes atterriront car les cumulus se seront soudés, recouvrant la plaine dans une quasi obscurité.

Ensuite, arrive ma dernière et même erreur que précédemment, celle de ne pas rejoindre le plafond. En effet, après avoir repris de l’altitude pour valider la 5eme balise, je suis contraint de repasser au même endroit pour être assez haut et franchir la balise suivante.

Un pilote à mes côtés opte pour une autre option, celle de rejoindre les faces ouest de Dormillouse qui, selon moi :

  • ne procurera pas le rendement souhaité car le soleil y est absent,
  • il est tôt pour espérer trouver des thermiques sur des faces ouest,
  • la brise du lac risque de dégrader notre transition vers la 6eme balise,
  • on ne profite pas de la confluence.

En revenant de la 6eme balise, je dégrade beaucoup mais mon dernier gain d’altitude ne me mettra pas en difficulté. Je réussis à rejoindre Dormillouse pour y préparer ma dernière transition vers l’End Speed Section (ESS) et termine 7eme en Open et 3eme en catégorie SPORT.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *