TRANS’ALPS : manche 2/4 – Saint André les Alpes

avec Pas de commentaire

Une nouvelle belle journée se dessine avec un vent de secteur nord-ouest risquant de forcir dans l’après-midi de ce lundi 24 août. Ce vent d’ouest se ressentira toute la semaine, plus ou moins intensément selon les jours.
Une manche nous est dévoilée avec un goal éloigné. Le circuit de 60.1km décidé donne 2 balises à survoler, une positionnée sur la plaine à l’Ouest de Dignes, une sur le Mont Denier avant l’attaque de l’ESS (End Speed Section) et le Goal à l’aérodrome de Puimoisson.

Nous nous réunissons dans un premier temps sur le décollage sud mais la brise couplée au vent météo d’ouest déclenchent de redoutables Dust Devil. Nous déménageons vite au décollage Ouest situé à proximité et conservons le START à 11H45..

A l’heure du START, les premiers à percer le plafond filent rapidement pour une raccrochage sur le sommet de St Martin, au Sud de la Barre de Chaudon. Lorsque vient notre tour à monter à 2300m d’altitude avant la première transition, les premiers pilotes se retrouvent très bas, ne trouvant pas l’ascendance espérée et se vacheront. Le reste du groupe arrive peu de temps après. J’exploite un relief plus au Sud, La Sacristie, où un cumulus est en cours de formation. Excellent choix ! Nous exploitons un thermique au-dessus entre St-Lions et St-Jacques avant le cheminement sur la Barre de Chaudon, à partir duquel le restant de la course se compliquera.

Nous cheminons en direction de la Montagne de Coupe, et très contrés par le vent météo, nous avançons difficilement. Le but est d’arriver au sud de la Montagne de Coupe où l’extraction y est possible. L’appui dynamique y est plus évident et les faces sont mieux exposées au soleil pour y obtenir de bons déclencheurs thermiques.

photo : Roland Wacogne

Je reprends de l’altitude à l’endroit prévu, afin de préparer la délicate transition vers le Cousson. Au pied du Cousson, la forte brise y est vite installée et complique notre avancée.

photo : Roland Wacogne

Avec Patrice, nous dénichons un thermique et malgré sa dérive, il m’amène au-dessus des reliefs. Mon altitude de départ de l’ascendance, au dessus des reliefs, est idéale pour moins subir les effets de la brise qui en posera plus d’un.

Après avoir échappé à la gueule du loup, je reprends un thermique qui m’amène à 1800m proche du sommet du Cousson, où nous sommes en présence d’une confluence de vallée. Je distingue 4 pilotes sur Dignes-Les-Bains et les rattrapent. Ils prospectent à l’ouest, je les rejoins, un premier noyau nous amenant à 1700m d’altitude à une vitesse de 1.46m/s intégré environ. La balise à survoler se trouve en plaine et 2 options s’offre à nous. Nous décidons de voler en plaine pour un accès plus rapide tandis que l’autre option consistait à passer par Le Siron et d’autres reliefs, faisant perdre beaucoup de temps.

photo : Roland Wacogne
On commence notre transition en plaine, en direction de la balise et 2 groupes se détachent. J’ai du mal à choisir ma ligne et suis le groupe sur ma droite en direction d’un thermique générant un timide cumulus. Malheureusement, j’arrive plus bas que les autres pilotes et ne trouve pas l’ascendance, je suis hors cycle ! Malgré ma hauteur, je tente l’accès à la balise et ayant mal estimé ma distance restante à parcourir, je fais demi-tour pour rechercher un thermique. Après vérification de ma trace, la balise  était accesible à moins de 150m ! En cause, une mauvaise interprétation du périmètre de la balise et une focalisaiton trop importante sur mon altitude par rapport aux autres…

A ce moment du parcours, 3 pilotes annoncent un niveau 3 de sécurité, à cause du vent fort. L’organisation est contrainte de stopper la manche à 14H06 par mesure de sécurité.

Répondre