Belle ambition mais des conditions météorologiques inattendues

Le week-end précédent ainsi que la veille, tout est vert pour partir en cross au départ de Moustier-Ste-Marie. Les émagrammes ressemblent à ceux du 1er mai. En prévision, un vent météo intéressant pour partir ver GAP et des plafonds atteignant les 2500m en milieu de journée pour le site de Moustier.

En compagnie d’Adrien, on rejoint Moustier et apercevons avec enthousiasme des vautours enrouler à 9H30 sur notre route. Déjà de l’instabilité ?

On rejoint le décollage de Courchon en amont du village et obtenons un accueil chaleureux de l’école locale.

2 élèves décollent à 10H40 et matérialisent parfaitement la masse d’air. Sur leur route, ils rencontrent des ascendances bien structurées. Pour leur 1er vol, c’est génial !

Un pilote avec sa Volt2 tente un décollage par vent nul, se loupe par manque de portance et a évité de justesse un accident.

Le matin, l’arrière du décollage chauffe plus générant de légères brises arrières. Quand la brise de face est absente, le décollage d’où sont partis les 2 stagiaires sont à privilégier.

Il est 11H30, je décolle.
Je rejoins le thermique dessiné par les 2 stagiaires et monte aisément à 1628m, soit 704m au dessus du plateau située à l’arrière. J’exploite tout ce que je trouve autour du décollage. En transitant vers le Mont-Denier au dessus du plateau, je perds vite de l’altitude et ne trouve aucune ascendance. Et je reviens vers la zone de décollage refaire un gain d’altitude

La convection est stoppée 30 minutes plus tard, je ne parviens plus à rejoindre le plafond !
Durant ce temps, beaucoup de pilotes arrivent au décollage et ne tiennent pas en l’air, c’est le “plouf” pour Adrien et les autres.

A l’atterrissage, la brise est forte à cause de l’effet venturi produit par la vallée. Au décollage, la brise s’est orientée sud, plus personne ne décolle. Les prévisions météorologiques annonçaient une matérialisation de la masse d’air par des cumulus mais aucun ne se formaient sur nos têtes. Par contre, elle devenait visible au sud.

Pour conclure, si ce vol était à refaire, la stratégie aurait été la suivante :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *