Entre 2 épisodes météorologiques

Après un long épisode de forte instabilité et avant l’arrivée du Levant et de la pluie, ce lundi, l’instabilité annoncée est excellente avec un plafond maximal à 1700m vers 15h00. Toutefois, un vent météo marqué dépassant les 20km/h est inscrit dans les prévisions sur le modèle GFS.

A mon lieu de travail à 1000m, sur la Sainte Baume, notre balise météo donne un vent d’est/sud-est soufflant à 40km/h à 8H00 avec une tendance à la baisse.
Étant en récupération de ma permanence, je décide de prendre la route vers Cuges les Pins pour apprécier la Vénus SC vent de face. La balise PIOUPIOU fournissait un vent plus fort (16km/h minimum) à Cuges les Pins qu’à Signes.
Sur la route, je distingue les premiers cumulus, leur coiffe indiquant un vent d’Est/Sud-Est bien marqué en altitude.

Au décollage sud-est de Cuges les Pins, les cycles thermiques semblent courts et peu discernables avec un vent météo bien marqué par moment.

Je décolle avec 22km/h de vent, tiens facilement en soaring mais les thermiques sont couchés. En effectuant quelques tours, je dérive rapidement derrière le décollage où je trouve un thermique plus rentable.

Le plafond atteint à 1375m au dessus de la vigie du Brigou, je tente de me diriger vers Signes vent de face (18-22 km/h) en me rapprochant de la Sainte Baume. Finalement, je doute que l’orientation du vent donne un rendement suffisant sur la Sainte Baume et m’éloigne de la crête en conséquence.

En m’avançant, ma finesse dégrade beaucoup et j’essaie d’optimiser mon plané en exploitant au mieux toute la plage de vitesse de mon aile, accélérateur poussé au maximum par moment.
J’arrive à l’est de Cuges et trouve un thermique me faisant trop dériver. Une fois le gain d’altitude effectué, je m’avance à nouveau mais ne parvient pas à partir plus loin que précédemment.

A l’atterrissage, vers 14H00, le vent a tourné et les nuages étaient moins coiffés par le vent.
Était-ce les bonnes conditions pour voler face à la crête de la Sainte Baume et partir à ce moment ?

Les thermiques de la journée n’étaient pas rentables pour gagner des kilomètres face au vent. Ce fût tout de même un immense plaisir de se retrouver dans les airs après 3 semaines sans voler.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *