Compétition Orcières – manche 1/2

>> agrandir ici <<

Nous arrivons au week-end du 3 août, dans la splendide vallée d’Orcières où se déroulera 2 manches de course au but. D’excellentes conditions aérologiques dans les Écrins sont attendues, notamment pour dimanche. Toutefois, pour cette 1ere manche, un vent météo de nord-ouest soutenu nous contraint de limiter le circuit dans la vallée. A noter qu’au-delà de cette vallée, nous ne serions pas à l’abri des 25km/h de vent (minimum) attendues.

Dans la vallée d’Orcières, nous sommes protégés de ce flux et en tant que membre du comité de pilote, nous validons le tracé de 37km proposé par l’organisateur.

Nous sommes au décollage du Cairn à 11H00 et l’instabilité semble déjà faire ses marques. Des nuelles apparaissent, des cumulus sur le Pic de Mal Cros nous matérialisent le plafond de la journée (~2600m), beaucoup de vautours enroulent et montent au plafond, les biplaceurs et les stagiaires parapentistes nous matérialisent la masse d’air devant le décollage. En un seul mot, je qualifierais le début de la journée d’optimiste !

Le START est programmé à 13H30 et décollons à 12H45. Nous atteignons le plafond facilement à 2900m d’altitude et tente une option malgré ma méconnaissance du site.

Je tente de rejoindre ce relief exposé en sud-ouest afin de me rapprocher de la balise de START :

Ainsi, si je parvenais à refaire le plafond à cet endroit, j’arriverais plus haut et plus vite avec le flux de nord-ouest me poussant vers la zone de START. Malheureusement, ce plan de vol était trop ambitieux pour être réalisable car je pars trop tard et me retrouve plus bas que les autres. Évidemment ,ce retard se répercutera au plané final.

Au retour du START et en direction de la pompe de service, je parviens à rattraper légèrement ce retard. Une fois gagné de l’altitude, je valide la 2eme balise. J’effectue un aller retour entre « la pompe de service » et la 1ere balise afin de préparer ma transition vers la 2eme balise.

La 2eme balise est positionnée sur les faces ouest de la vallée. Le plafond frôle les hauts sommet et l’heure d’ensoleillement ne nous encourage pas à rejoindre les faces ouest du relief où se situe la balise. Cependant, je compte sur les arrêtes les mieux exposées au soleil pour préparer la même transition inversée, pour rejoindre la 3eme balise :

L’orientation de l’ombre des arbres me laisse pessimiste pour la suite du vol. Je compte sur le vent météo pour essayer de tenir en dynamique.
Ensuite, je trouve un petit thermique m’amenant difficilement au plafond et fait un crochet sur cette arrête, en espérant y faire un meilleur plafond :

Un pilote me suit, on essaie désespérément d’enrouler un petit et léger thermique et le résultat est insatisfaisant.
En conséquence, je vérifie ma finesse pour ma transition à suivre et prend la décision de partir. Malgré mon altitude, la brise de vallée ne semble pas installée ce qui m’enlève une difficulté non négligeable.

Transition faite, je reprends de l’altitude et valide la 3eme balise. Désormais, je file tout droit vers l’avant dernière balise poulie contre poulie (vitesse max). Évidemment, j’espère toujours rattraper le retard du début de course.
Le relief où se positionne cette 4eme balise me procure un gain d’altitude suffisant pour rejoindre l’End Speed Section ( ESS : fin du chronomètre). Et toujours en vitesse maximale pour minimiser mon retard, je franchis ce venturi à 15km/h. La brise de vallée est bien installée.

Je franchis l’End Speed Section sans difficulté et me satisfais de la 4eme place. Étant dans ma première année de compétition, le principal est de trouver ses erreurs et de les analyser. Évidemment, cela est valable pour toute la carrière du pilote !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *