Présentation du Parc Naturel Régional de La Sainte Baume

Le Parc Naturel régional de la Sainte Baume a été créé le 21 décembre 2017 pour la protection et la sensibilisation de ses richesses naturelles et culturelles.

Petit rappel, un Parc Naturel Régional est un territoire rural habité, reconnu pour la qualité de son environnement et pour ses richesses naturelles et culturelles.

Un PNR est un espace à l’équilibre fragile à l’intérieur duquel des actions de préservation et de valorisation sont développées.

http://www.pnr-saintebaume.fr/


Fiche d’identité :

création : 21/12/2017

localisation : Var et Bouche du Rhône (image)

sommet : 1148m, Jouc de l’Aigle et Signal de Béguines

longueur : 12km

 

Il y a 65 millions d’année, la péninsule ibérique entre en collision avec la plaque européenne, formant en conséquence les Pyrénées. De plus, le sud-est subit un mouvement vers le nord-est érigeant des déformations importantes comme celle du massif de la Sainte Baume. Son pied se situe à 686m d’altitude et dispose en face nord d’une forêt à très haut degré de naturalité. On la nomme « fôret relique » car elle offre une variété et une qualité exceptionnelle des espèces.
La face sud du massif présente une zone plus aride du à son exposition au Soleil.
La Sainte Baume présente une faune riche et voici l’identité de quelques espèces exceptionnels que l’on peut croiser :

Lézard ocellé

Longueur-totale : 60-75cm

Nourriture principale : insectes, molusques, petits fruits

Habitat : crevasses rocheuses, vieilles souches, blocs, fissures

Prédateurs : Couleuvre, Milan noir, Buse Variable

Poids adulte : 130-180g

Longévité : 10ans

 

Le Lézard ocellé est diurne et fait partie des espèces en voie de disparition. Il s’agit du plus grand lézard en France. Après accouplement, la femelle porte entre 5 et 24 œufs et présente un corps très gros et dilaté. A la ponte, la femelle creuse une cavité dans le sol pour y déposer ses œufs qui écloront en septembre et octobre après 70 à 95 jours d’incubation.

 


Aigle de Bonelli

Taille : 72cm

Envergure : 150-180 cm

Poids : 1500-2100g

Alimentation : reptiles, oiseaux et mammifères. Principalement les lapins, les pigeons et les lézards occelés

Longévité : 25-30ans

 

L’aigle de Bonelli est qualifié de méditerranéo-montagnard car ce rap

ace recherche un habitat sur les falaises en basse altitude au climat méditerranéen. En vol, il peut atteindre jusqu’à 4000m d’altitude.

A noter :  cet oiseau est très sensible. En cas de dérangement sur ses lieux de reproduction, celui-ci abandonne son nid. Cet aigle préfère s’éloigner de l’homme pour ses activité et son habitat

Lors de la reproduction, la femelle pond 2 œufs en moyenne et la couvaison dure une quarantaine de jours. Après

éclosion, les juvéniles séjournent dans le nid durant 2 mois environ.

L’aigle de Bonelli est menacé les lignes électriques, les éoliennes où de plus en plus de collisions mortelles sont répertoriés, certains comportements humains vis à vis de l’environnement, la disparitions des proies faisant objet d’une multitude de causes (constructions immobilières  »sauvage », destruction de son environnement etc.).


Circaète Jean-Le-Blanc

Taille : 70cm

Envergure : 166-188cm

Poids : 1200-2300g

Longévité : 17ans

Alimentation : couleuvres et autres reptiles

Le circaète Jean-le-Blanc est reconnaissable avec sa capacité de vol stationnaire. En chasse, il vole à basse alitude, de 30m par rapport au sol jusqu’à 400 où il s’élancera en piqué sur sa proie. Il habite essentiellement à proximité de zones boisées et de grandes clairières. Il niche sur des arbres tels que les pins, les sapins, les chêne et les hêtres.

Lors de la période de reproduction, la femelle ne pond qu’un seul œuf début avril et l’incubation dure entre 45 et 47 jours. 45 jours après l’éclosion, le juvénile voit son plumage au complet et commence ses premiers vols vers 70 à 80 jours.

Comme l’aigle de Bonelli, il fait face aux mêmes dangers.