L’émagramme en “simplicité”

avec 2 commentaires

J’ai régulièrement constaté sur les décollages des pilotes frustés de ne pas comprendre les émagrammes. Pourtant, il s’agit d’une source indispensable pour la préparation d’un éventuel cross, une compétition etc.
Pour certains, il est difficile d’assimiler la théorie et pour essayer de remédier à ce problème, j’ai créé cette video pour les aider.

 

Mots clefs :

Adiabatique :
Signifie sans échange de chaleur avec le milieu.
On parle d’adiabatique pour une variation de température lorsqu’un volume de masse d’air monte ou descend. Dans une adiabatique, ces variations de température sont causés par un changement de pression de la masse d’air.

Adiabatique humide :

Adiabatique sèche :

Rapport de mélange :
Représente l’évolution de l’humidité d’une masse d’air ascendante

Isotherme :
un isotherme est une ligne fictive le long de laquelle la température est constante.

Convection :
Elévation d’une masse d’air chauffée par le sol et remplacé par de l’air plus froid descendant.

Gradient de température :
Variation de la température entre 2 couches d’air.

Température de point de rosée :
Température à laquelle une masse d’air chargée en vapeur d’eau doit se condenser. Par conséquent, il s’agit de la base du nuage.

Géopotentiel :
Le géopotentiel terrestre est donné par le produit g.z avec g (gravité) l’accélération de la pesanteur à 9,81 m/s² et z l’altitude en mètre.
En pratique, on suppose que le champ de gravité est constant sur la Terre de sorte que z n’est plus l’altitude par rapport au niveau moyen de la mer mais une altitude dite géopotentielle.
En d’autres termes, le géopotentiel désigne le potentiel gravitationnel en un point autour du globe et à une altitude donnée. Ainsi, la hauteur du géopotentiel désigne l’altitude à laquelle on atteint un potentiel égal de gravité.

2 réponses

  1. Franz
    | Répondre

    Bonjour,
    Merci pour la vidéo sur les émagrammes. facile à comprendre.

    Dans la rubriques des mots-clés qui complète la vidéo, n’y a-t-il pas une inversion dans les 2 graphiques explicatifs de l’adiabatique sèche et l’adiabatique humide ?

    Bien à vous,

    François

    • RoRo
      | Répondre

      Bonjour,
      Je vous remercie pour cette rectification non négligeable. En effet, l’évolution de la température de l’adiabatique sèche (1°C/100m) est plus importante que celle de l’adiabatique humide (0,6°C/100m).
      Concernant la vidéo, 2 erreurs apparaissent et sont mentionnées en commentaire. Malheureusement, je n’ai pas pu appliquer la rectification sur la vidéo comme souhaité.
      Merci pour votre contribution.
      Rodolphe

Répondre